Retour au Japon, trois mois après…

Annick Stevenson's picture

Retour au Japon, trois mois après…

Von Annick Stevenson, 11.06.2011

Par Annick Stevenson Trois mois se sont écoulés depuis la catastrophe d'ampleur exceptionnelle qui a frappé le Japon le 11 mars 2011. Aujourd'hui, le traumatisme est encore très présent, mais les Japonais, bien que très critiques envers leur gouvernement, semblent déterminés à redresser leur pays, et démontrent un incroyable esprit civique. Tandis qu'un changement s'amorce dans les attitudes, et les valeurs.

Nuke is over. Kyoto, manif anit-nucléaire

"J'ai cru que j'allais mourir", dit Yoko, habitante de la banlieue sud de Tokyo. "J'ai eu si peur pour elle", ajoute son mari, Takeshi, qui était dans l'avion quant la terre est devenue "folle", selon les mots d'un vieil homme.

Trois mois après le séisme et tout ce qu'il a emporté dans son sillage, le traumatisme est encore à vif. Laissant de côté leur traditionnelle discrétion lorsqu'il s'agit d'exprimer leurs sentiments, les Japonais semblent davantage avoir envie de parler. Et c'est l'une des premières choses qui frappent quand on retourne au Japon après un an. "Maintenant le plus effrayant, c'est cette menace invisible qui pèse sur nous, qu'on ne peut ni voir ni sentir", dit Takeshi. Ce jeune homme d'une quarantaine d'années, cadre dynamique dans une compagnie internationale, dit n'avoir "aucune confiance" en les médias ni en son gouvernement, et consulte tous les jours des blogs d'experts scientifiques "sérieux", seule source d'information fiable, selon lui. "Beaucoup de reproches sont faits à Naoto Kan", l'actuel Premier ministre, "mais aucun gouvernement n'aurait su mieux gérer une telle urgence", temporise sa femme.

Tous les Japonais rencontrés expriment la même méfiance envers leur gouvernement, et une lourde rancœur envers la compagnie Tepco, et certains s'associent même aux quelques manifestations anti-nucléaire, d'ampleur assez modeste toutefois, improvisées à Tokyo, Kyoto ou Hiroshima. Et pourtant, en dépit de ces critiques contre la manière dont les autorités ont géré les urgences, et surtout la plus sensible, Fukushima, tous sont solidaires pour aider leur pays à se relever. Yoko et Takeshi, qui avaient prévu un voyage à l'étranger, l'ont annulé pour cette année, pour "dépenser leur argent au Japon", et après un temps d'hésitation, ils ont fêté les cerisiers en fleurs en avril, et recommencent, comme tout le monde, à aller au café et au resto le soir.

Personne ne se plaint d'avoir à monter des escaliers dans le métro, les grands magasins ou les bâtiments publics (escalators et ascenseurs, sauf ceux réservés aux personnes à mobilité réduite, sont à l'arrêt pour économiser l'électricité) ni de circuler dans des rues sombres le soir, et les gardiennes de musée se sont protégées du froid avec des couvertures avant que ne revienne la saison chaude dans les musées non chauffés. Et on se met, ou se remet, au vélo, moyen de transport beaucoup plus utilisé désormais, dans toutes les villes, surtout les quartiers populaires. Au point qu'il faut longer les murs sur les larges trottoirs pour éviter la collision… Piétons et cyclistes font toutefois bon ménage, se laissant alternativement une priorité spontanée d'un bref salut de la tête.

Autant d'attitudes civiques démontrant clairement que les Japonais sont unis dans leur volonté de participer au redressement de leur pays, quelle que soit leur opinion à l'égard de leur gouvernement. Unis également pour participer à l'effort national dans les zones sinistrées. De grands nombres de jeunes couples, de familles, de groupes d'amis, ou de personnes seules, se déplacent de tout le Japon pour se rendre à tour de rôle dans le nord, le temps d'une semaine de vacances, ou d'un week-end, et donner un coup de main dans la tâche gigantesque de déblayage et de nettoyage, ou de secours aux victimes.

"C'est l'évidence, il faut y aller, la question ne se pose même pas", affirme une jeune Tokyoïte, Haruka. Elle-même travaille dans une banque anglaise, qui emploie une dizaine de Français. Elle raconte que "tous, sauf un, sont partis pendant plusieurs jours quand leur ambassadeur a annoncé avoir affrété un avion spécial. Cela a fait un vide terrible pour le travail, heureusement nous avons eu beaucoup d'aide de nos collègues de Singapour". Si tous les Français sont partis "en agissant correctement et poliment", l'un d'entre eux, âgé de 29 ans, s'est précipité à l'aéroport sans prévenir sa directrice, ni s'excuser auprès d'elle quand il est revenu. Stupeur et tremblements… Quand il est revenu et a repris son poste, personne ne lui a fait le moindre commentaire ni ne lui a posé de question. Pas même sa directrice. "Elle a beaucoup trop de travail, elle pas le temps de s'occuper d'un gamin", commente Haruka, la voix nouée. Mais elle dit ne pas en vouloir aux Français qui sont partis. "Je ferais probablement la même chose, moi, si j'étais à Paris, si je ne comprenais rien à ce qui se passe parce que je ne parle pas la langue, si j'avais une famille au Japon qui s'inquiète, et un ambassadeur qui me dit qu'il faut partir"…

D'ailleurs, aucune des personnes rencontrées n'a semblé avoir de ressentiment envers les Français et autres étrangers envolés. Au contraire, à trois reprises, des personnes âgées, plus communicatives qu'autrefois elles aussi, nous ont spontanément abordé pour entamer des conversations faites de gestes, de mimiques et de quelques mots d'anglais, et nous demander pourquoi on venait dans leur pays "fragile, déglingué", et nous remercier. Ce besoin de parler, encore et toujours. Besoin aussi de se raccrocher aux vraies valeurs : l'amour, l'amitié, la famille, les copains, la culture, la musique, la littérature.

Bizarrement, les jeunes des quartiers branchés d'Ikebukuro, Shinjuku et Harajuku, mais aussi de Nagoya, Kyoto ou Hiroshima, manifestent plus de joie et d'exubérance, et sont plus provocateurs, dans leur look, leur attitude, leur manière de s'interpeller à voix haute, de piquer des fous-rires, ou d'adresser la parole aux étrangers. Et on voit davantage de couples, jeunes et moins jeunes, se tenir par la main, chose très rare autrefois. D'ailleurs le nombre de mariages a sensiblement augmenté depuis trois mois. Malgré la peur, et le doute, exprimés sans ambigüité, les Japonais se ressaisissent, et semblent décidés à ne pas se laisser abattre. Car après tout, "il faut vivre". Vivre "avec", précise Haruka.

Kommentare

Die Redaktion von Journal21.ch prüft alle Kommentare vor der Veröffentlichung. Ehrverletzende, rassistische oder anderweitig gegen geltendes Recht verstossende Äusserungen zu verbreiten, ist uns verboten. Da wir presserechtlich auch für Weblinks verantwortlich sind, löschen wir diese im Zweifelsfall. Unpubliziert bleiben ausserdem sämtliche Kommentare, die sich nicht konkret auf den Inhalt des entsprechenden Artikels oder eines bereits aufgeschalteten Leserkommentars beziehen. Im Interesse einer für die Leserschaft attraktiven, sachlichen und zivilisierten Diskussion lassen wir aggressive oder repetitive Statements nicht zu. Über Entscheide der Redaktion führen wir keine Korrespondenz.

Etwa so haben wir es uns vorgestellt. Wir denken das Unmögliche könnte eines Tages auch bei uns eintreffen.Ingenieure helft uns! Ob Arena SF-DRS oder Talk Täglich Tele Züri, nur Parteiengezänk mit gegenseitigen Vorwürfen. Jetzt aber wissen wir alle, wie Restrisiko wirklich aussehen kann.Haben wir ein Worst Case Szenario? z.B. Mühleberg...Supergau wegen Jahrhundertereignis durch Naturkatastrophe,Westwind...Kontaminierung des Flusses ( Trinkwasserversorgung Europa? incl.Schadensersatzforderungen ) Die Sowjetunion brauchte 500`00 Soldaten um aufzuräumen. ( wegen der kurzen Einsatzzeit und Strahlenbelastung )Woher nehmen wir die Leute ? Sind es unsere Söhne und Töchter, die in den Einsatz müssten? Bei Westwind wären mehr als 1 Million Menschen betroffen und müssten umgesiedelt werden. Wohin? Über Lampedusa nach Libyen? Für die nächsten hunderte von Jahren? Bedrohungen kann man nicht verharmlosen oder wegdiskutieren, das hat nichts mit Hysterie zu tun eher mit neurotischem Verdrängen! ( Herr Mörgeli) Wir wollen dieses Thema nicht dem Polit und Wahlkampfpopulismus überlassen. Wir fordern Diskussionen mit Ingenieuren und Fachleuten aus allen Gebieten der Kerntechnik und ein funktionstüchtiges Worst Case Konzept. Erst dann können wir uns eine Meinung bilden. Die Schweiz und auch Deutschland haben hervorragende Ingenieure die sich dazu äussern könnten.Vergesst nicht wir müssen noch eine ganze Weile mit diesen Dingern leben! Solch technisch komplexe Themen können nur durch Fachleute diskutiert werden.....Aufruf an die TV-Stationen! Welche Parteien was oder warum oder wegen was irgendetwas falsch gemacht oder schon lange es immer gesagt hat interessieren uns nicht mehr! Restrisiko bedeutet, ein ganzes Land geht kaputt!....sollte das undenkbare passieren. Fukushima mon amour...wir denken an euch!

SRF Archiv

Newsletter kostenlos abonnieren